Articles | billets | podcasts

Why Give to Objective 20/20 ?

Dear Friends of Farel,

I want to invite you to support the ministry of L’Institut de théologie réformée Farel by contributing to our fundraising campaign Objective 20/20.

At the end of 2019, Farel received a very generous gift of $ 20,000 to establish our Fleur-de-Lys Bursary Fund.

In 2020, the 40thanniversary of Farel, our goal is to add another $20,000 for student bursaries and to raise $20,000 to develop Farel’s mission: Objective 20/20.

Padre (Capt) David Castonguay (2014) is a military chaplain, currently posted to Personnel Services of the 2nd Canadian Division. He writes:

       “Farel enabled me to discover the foundations of my own faith and to deepen my knowledge of our God perfectly just and perfectly loving. Confidence in Jesus Christ, being at the heart of my studies, now helps me in my ministry to soldiers, because I know that all does not rest on my shoulders and that I’m therefore free to serve and to love them.”

Farel is a Reformed centre of pastoral and missionary training affiliated with the Faculté de théologie évangélique de Montréal. Please consider two (2) important reasons which may convince you to contribute financially to this double training offered in the French language:

  1. Excellence. The church needs leaders trained in Holy Scripture, Christian doctrine, and church history, as well as in starting new churches and providing pastoral care in existing ones. The church also needs members who are both thoughtful and practical, able to live as Jesus’ disciples in their chosen vocation in every area of society. 
  2. Perseverance. The church needs courageous and resilient servants, particularly in difficult and trying situations. It also needs disciples committed to living publicly for Jesus, even when this is unpopular. Theological education helps produce the deep convictions and habits needed to sustain mission over generations.

You can give online here: https://www.simplyk.io/donation/5e6d4fd46fca400029b644ea/lang/fr

You will receive immediately a receipt for tax purposes (Canada) for any amount of $20 or more, through the application SIMPLYK.

Thank you for supporting the advancement of the gospel and the increase of the church in Québec. I would be pleased to answer any questions you might have.

Cordially yours, 

J.G. (Jean) Zoellner, Director

Pourquoi donner à Objectif 20/20 ?

Chers amis et amies de Farel,

Le but de cette lettre est de vous inviter à soutenir le ministère de Farel – Institut de théologie réformée en contribuant à la levée de fonds pour l’année 2020.

Ainsi, en 2019, Farel a reçu un don très généreux de 20 000$ pour établir le Fonds de bourse d’étude Fleur-de-Lys.  

Cette année, à l’occasion du 40e anniversaire de Farel, l’objectif est d’ajouter 20 000$ pour les bourses d’études et d’amasser 20 000$ pour soutenir la mission de Farel : Objectif 20/20.  

Padre (Capt) David Castonguay (2014) est actuellement militaire muté au Service du personnel de la 2e Division du Canada. Il écrit :

« Farel m’a permis de découvrir les fondements de ma propre foi et d’approfondir ma connaissance de ce Dieu parfaitement juste et parfaitement amour.  Cette confiance en Jésus-Christ, qui était au cœur de mes études, m’aide dans mon ministère auprès des militaires, parce que je sais que tout ne repose pas sur mes épaules et donc je me sens libre de les servir et même de les aimer. »

Farel est un institut réformé visant la formation pastorale et missionnaire affilié à la Faculté de théologie évangélique de Montréal. Prière de considérer deux (2) raisons importantes pour contribuer financièrement à notre Objectif 20/20:

  1. L’excellence. L’Église a besoin de leaders formés dans les Saintes Écritures, la doctrine chrétienne et l’histoire de l’église ainsi que dans l’établissement de nouvelles églises et de travail pastoral au sein des églises existantes. L’Église a aussi besoin de membres à la fois réfléchis et doués d’un bon sens pratique. Ces personnes intègrent leur vocation et leur travail comme disciples de Jésus et ce, dans tous les domaines de la société. 
  2. La persévérance. L’Église a besoin de serviteurs qui font preuve de fidélité et de courage à travers des situations difficiles et exigeantes. L’Église a également besoin de disciples engagés à vivre publiquement pour Jésus. Une formation théologique produit des convictions profondes et les pratiques nécessaires pour soutenir la mission de l’Église à travers les générations. 

Vous pouvez donner en ligne ici :  https://www.simplyk.io/donation/5e6d4fd46fca400029b644ea/lang/f

Vous recevrez immédiatement un reçu pour fin d’impôt pour tout montant de 20$ ou plus via l’application simplyk.

Donner est un moyen de participer à l’avancement de l’Évangile et à la croissance de l’Église au Québec.

C’est avec toute ma reconnaissance que je vous remercie.

J.G. (Jean) Zoellner, Directeur

CITATIONS QUI FONT RÉFLÉCHIR

QUI A DIT CE QUI SUIT ?

« Je ne vous promets pas des montagnes d’or, mais des épreuves et des difficultés inexprimables ; point de loisir, mais du travail ; point de repos jusqu’à la fin de la tâche; point de récompense, sinon dans la vie à venir…»

« Je ne dis pas ces choses pour vous effrayer, mais pour vous stimuler, combine un vaillant guerrier se sent plein d’ardeur pour la bataille en apprenant qu’au lieu d’être petits et faibles, les ennemis sont forts et nombreux…»

« Je m’adresse à vous comme à un soldat qui est prêt à se rendre au combat et à s’y conduire comme un brave, mais en comptant sur Dieu seul pour obtenir force et notoire. Car la bataille n’est point la nôtre, mais celle du Seigneur. »

PAROLE | Anciens numéros de 1 à 26 (sauf #2)

IMG_2040

PAROLE a été une revue chrétienne publiée ici au Québec par L’Alliance réformée évangélique | Farel, sous la direction de Daniel Racine. Grâce à Jason Zuidema, les anciens numéros sont maintenant disponibles en ligne ici:

La folie pour certains, la vie pour d’autres ( 1 de 3 )

Il est parfois surprenant de voir comment deux personnes vivent le même événement.

Une personne dit « Quelle perte de temps », tandis qu’une autre dit « C’est magnifique ! ». Ceci est souvent vrai face à Jésus-Christ. Pour certains, il est plus ou moins important. Pour d’autres, il est la vie elle-même. En voici un exemple, tiré des versets 9 à 19 du 20e chapitre de l’Évangile de Luc :

9 Ensuite, Jésus se mit à dire au peuple la parabole suivante : « Un homme planta une vigne, la loua à des ouvriers vignerons et partit en voyage pour longtemps. 10 Au moment voulu, il envoya un serviteur aux ouvriers vignerons pour qu’ils lui remettent sa part de la récolte. Mais les vignerons battirent le serviteur et le renvoyèrent les mains vides. 11 Le propriétaire envoya encore un autre serviteur, mais les vignerons le battirent aussi, l’insultèrent et le renvoyèrent sans rien lui donner. 12 Il envoya encore un troisième serviteur ; celui-là, ils le blessèrent aussi et le jetèrent dehors. 13 Le propriétaire de la vigne dit alors : « Que faire ? Je vais envoyer mon fils bien-aimé ; ils auront probablement du respect pour lui. » 14 Mais quand les vignerons le virent, ils se dirent les uns aux autres : « Voici le futur héritier. Tuons-le, pour que la vigne soit à nous. » 15 Et ils le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent. « Eh bien, que leur fera le propriétaire de la vigne ? demanda Jésus. 16 Il viendra, il mettra à mort ces vignerons et confiera la vigne à d’autres. » Quand les gens entendirent ces mots, ils affirmèrent : « Cela n’arrivera certainement pas ! » 17 Mais Jésus les regarda et dit : « Que signifie cette parole de l’Écriture :« La pierre que les bâtisseurs avaient rejetée est devenue la pierre principale » ? 18 Tout homme qui tombera sur cette pierre s’y brisera ; et si la pierre tombe sur quelqu’un, elle le réduira en poussière. » 19 Les maîtres de la loi et les chefs des prêtres cherchèrent à arrêter Jésus à ce moment même, car ils savaient qu’il avait dit cette parabole contre eux ; mais ils eurent peur du peuple.

Dans cette parabole, le propriétaire de la vigne est Dieu. Jésus veut surtout souligner la bonté de Dieu envers son peuple Israël, afin d’appeler son peuple à adorer Dieu. Voici un peuple n’ayant rien, sans héritage, sans un sou, et pourtant Dieu lui donne la vie entière ! Les travailleurs représentent les dirigeants appelés à partager cette bonté parmi le peuple d’Israël, afin que cette nation loue leur propriétaire si généreux. De même aujourd’hui, un Dieu si généreux et si compatissant est certainement digne de notre amour, de notre gratitude, et de notre adoration.

Hélas, l’attitude des dirigeants à la grâce de Dieu est celle du mépris ! Dans un dernier geste de miséricorde envers ces vignerons endurcis, le propriétaire envoie son fils unique. Les travailleurs le tuent sur le champ ! Selon la loi juive de l’époque, si un propriétaire décédait sans héritier, sa propriété reviendrait à ceux qui le travaillaient, cinq ans après la mort du propriétaire. Les vignerons pensent sans doute que leur propriétaire est vieux et faible. Il ne lui reste pas beaucoup de temps avant qu’il ne meure. Très bientôt, sa vigne deviendra la leur.

Jésus se sert de cette parabole pour annoncer que Dieu le Père envoie son Fils à un peuple ayant le cœur endurci, afin de le ramener à lui-même, le propriétaire si généreux. Pourtant, sa bonté est bafouée, rejetée, et méprisée. Les dirigeants veulent s’en débarrasser à tout jamais.

Voyez-vous des façons dont cette parabole nous interpelle tous aujourd’hui ? (à suivre)

-JG Zoellner / 31 août 2017

Réféchir et agir

Persévérer par la force de l’Esprit Saint (#4/fin)

Chers frères et sœurs, votre Seigneur s’est donné pour vous. Votre Seigneur est ressuscité pour vous. Votre Seigneur ne perdra jamais ceux que le Père lui a donnés. Comme Jésus lui-même a dit, lorsque vous demandez au Père un poisson pour apaiser votre faim, il ne vous donnera pas un serpent. Alors, comment prier et avancer dans la confiance que notre Seigneur soit à la hauteur face à nos épreuves?

Au verset 39 de Matthieu chapitre 26, Jésus prie tout juste avant sa crucifixion : « Mon Père, si c’est possible, éloigne de moi cette coupe de douleur. Toutefois, non pas comme je veux, mais     comme tu veux. »

Notre Seigneur sait qu’il est lui-même la justice et la grâce de Dieu. Il vient s’offrir pour satisfaire à la justice de Dieu à la place des injustes. Il vient déverser son pardon sur ceux qui ne le méritent point. Son désir, c’est que la grâce et la justice de son Père s’accomplissent par lui et en lui. Il veut faire la volonté de son Père et lui obéissant à votre place.

Or, nous ne sommes pas Jésus. Nous ne sommes ni sauveurs ni rédempteurs. Mais nous lui appartenons et il se sert de nous pour sa gloire. Alors, la sagesse de Dieu est de chercher, dans les épreuves les plus difficiles, ce qui fera avancer sa grâce et sa justice avant tout. Pratiquement, vous ferez assez souvent une requête négative : « Seigneur, donne-moi de la sagesse pour ne pas pécher contre toi dans cette épreuve.» A la lumière des Écritures, vous priez pour éliminer de vos motifs, de vos paroles et de vos gestes ce qui contre sa volonté. En même temps, vous ferez assez souvent une requête positive : « Seigneur, dans cette épreuve, que je manifeste ta grâce et ta justice, sans partialité, en toute humilité, afin que ton évangile soit très honoré.»

Soyez rassurés que Dieu le Saint Esprit honore de telles prières. Il vous donnera de l’espoir quand vous êtes dépassé par ce qui vous arrive. N’oubliez pas, toutefois, qu’il le fera à sa vitesse. Comme nous le rappelle le théologien N.T. Wright, Jésus a accompli son ministère terrestre en marchant partout. Cinq (5) kilomètres à l’heure. Il prend du temps avec les gens. Il les écoute. Il les accompagne. Son œuvre dans leur cœur prend du temps. Vos épreuves peuvent aussi prendre du temps. Ne soyez pas pressés. Laissez Dieu le Saint-Esprit vous porter et vous accorder sa grâce, au jour le jour, pour surmonter un obstacle à la fois.

  • J.G. Zoellner

 

Persévérer par la force de l’Esprit Saint (#3)

DSC_0466

Persévérer n’est pas une affaire où on se fie à notre résilience, mais un acte de confiance en la force de l’Esprit Saint de nous porter, car nous restons toujours faibles et incapables. Nous vivons cette relation de dépendance et de confiance surtout par la prière.

Nous pensons que ceci est tellement évident, mais nous l’oublions parfois. Pourquoi ? Nous doutons. Aux versets 6 à 8 de Jacques chapitre 1, ce pasteur nous dit :

« 6 Mais il faut qu’il demande avec foi, sans douter ; car celui qui doute est semblable à une vague de la mer, que le vent soulève et pousse d’un côté ou de l’autre. 7 Un tel homme ne doit pas s’imaginer qu’il recevra quelque chose du Seigneur, 8 car il est indécis et incertain dans tout ce qu’il entreprend.»

Jacques nous lance une mise en garde : même dans la prière il nous arrive d’écouter notre voix et nos craintes plutôt que de saisir les promesses de Dieu. Pourquoi ? Au verset 5 Jacques dit « on doute » et au verset 8 il dit « on est indécis et incertain ». Il y a beaucoup à dire ici, mais arrêtons-nous à un seul commentaire que voici : le doute et l’incertitude viennent lorsque nous craignons que Dieu ne soit pas bon. Nous sommes incertains que sa parole et sa volonté soient suffisantes.

Alors, au lieu d’aller de l’avant dans l’épreuve, nous nous protégeons en préparent un plan «au cas où». Nous cherchons des moyens pour éviter, contourner, ou contrôler une situation de manière à nous plaire plutôt que de chercher la sagesse de Dieu pour faire sa volonté au travers de l’épreuve. Cette attitude « au cas où » vient d’un cœur étant incertain que Jésus soit à la hauteur pour faire face à notre épreuve. En ayant une telle attitude, la prière ne devient qu’une tentative de manipulation de Dieu pour parvenir à nos fins ! Certes, notre Père ne pourra honorer de telles prières.
(à suivre)

Persévérer par la force de l’Esprit Saint (#2)

DSC_0466Comme chrétiens, nous faisons face à des obstacles qui nous dépassent et nous découragent. Parfois, nous pensons que la seule chose à faire, c’est puiser dans notre force intérieure ou notre technique pour surmonter l’obstacle. Erreur !

Persévérer n’est pas une affaire où on se fie à notre résilience, mais un acte de confiance en la force de l’Esprit Saint de nous porter, car nous restons toujours faibles et incapables.

Dans sa grâce, votre Père et votre Sauveur vous envoient l’Esprit-Saint pour vous réconforter et vous conseiller en tout moment et au travers de toute épreuve.

Autrement dit, vous êtes tellement, tellement aimés par votre Père si généreux et si bienveillant !

Alors, dit le pasteur Jacques, au verset 5a du chapitre 1: «Si l’un de vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui la lui donnera…»

Nous pensons que ceci est tellement évident, mais nous l’oublions parfois.Pourquoi ? Parce que nous écoutons notre cœur plutôt que de parler à Dieu. Devant l’épreuve, par exemple, nous nous arrêtons à nos émotions et peurs, nous écoutons ce qui nous anime et ce qui nous semble être évident, et nous cherchons notre force en nous-mêmes. «Essayons plus fort !» devient notre devise.

Jacques dit le contraire : Au lieu d’écouter soi-même, il vous appelle à prier tout en avouant votre faiblesse. Pourquoi ? Parce que lorsque vous parlez à Dieu, vous êtes préoccupés par son caractère, vos pensées sont formées par ses promesses et vous le laissez vous porter. La sagesse, c’est la capacité de faire la bonne chose, de la bonne façon, et au bon moment. Dans le feu de l’action, c’est la confiance de laisser l’Esprit Saint nous porter pour surmonter l’obstacle qui est trop pour nous.

Or, cette sagesse doit venir de Dieu plutôt que de nous, parce qu’il est le seul qui soit à la hauteur. Voilà pourquoi la prière est le moyen par lequel Dieu nous donnera sa sagesse dans l’épreuve…sa sagesse au travers de notre faiblesse.
(à suivre)

 

Persévérer par la force de l’Esprit Saint (#1)

DSC_0466Comme chrétiens, il y a des situations qui nous dépassent complètement. Vous êtes peut-être là : vous êtes découragés et fatigués.

Aux versets 5 à 8 de Jacques chapitre 1, ce pasteur s’adresse à des chrétiens qui font face à l’épreuve la plus difficile, à savoir, se faire rejeter parce qu’on est disciple de Jésus-Christ.

Toutefois, il y a de l’espoir quand vous vous sentez dépassés par ce qui vous arrive. Jacques nous guide ainsi: (1) considérez ce que Dieu lui-même vous promet ; et (2) faites attention à ce qui peut vous faire douter de sa promesse.

(1) D’abord, réfléchissez à ce que Dieu lui-même vous promet: « 5 Cependant, si l’un de vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui la lui donnera; car Dieu donne à tous généreusement et avec bienveillance.»

Dans la deuxième partie du verset 5 Jacques dit : « Dieu donne à tous généreusement et avec bienveillance. »

Dans son caractère, Dieu votre Père vous sera à la fois généreux et bienveillant. Comment en être certains ? Parce que vous appartenez à son Fils Jésus-Christ. Il vous aime comme il aime son propre Fils.

Dans son amour, votre Père a donné son Fils pour vous. Dans son amour, il accepte l’obéissance de son Fils à votre place, le sacrifice de son Fils pour votre pardon, et la résurrection de son Fils comme garantie de votre héritage éternel.

Dans son amour, votre Père et votre Sauveur vous envoient l’Esprit-Saint pour vous réconforter et vous conseiller en tout moment et au travers de toute épreuve.

Autrement dit, vous êtes tellement, tellement aimés par votre Père si généreux et si bienveillant !
(à suivre)