Une mission si humble (2/2)

…suite à « Une mission si humble » (1)

4) Des ressources si petites, une générosité si libre. Lisons de nouveau les versets 8b à 10 : « Vous avez reçu gratuitement, donnez aussi gratuitement. Ne vous procurez ni or, ni argent, ni monnaie de cuivre à mettre à mettre dans vos poches ; ne prenez pas de sac pour le voyage, ni une deuxième chemise, ne prenez ni chaussures, ni bâton. En effet, l’ouvrier à droit à sa nourriture. » En voici la surprise: Jésus pourvoira ! Il s’agit d’une mission de courte durée, mais Jésus appelle ses apôtres à la faire de façon compatissante et généreuse. Comment ? En se fiant à leur Seigneur de pourvoir au travers de la générosité de ceux qui les reçoivent. Alors, ne vous inquiétez pas de nos ressources parfois limitées : notre Seigneur vous en donnera tout ce dont vous aurez besoin, et encore plus !

5) Un appel si urgent, des conséquences si éternelles. Finalement, les versets 11 à 15: « Quand vous arriverez dans une ville ou un village, cherchez qui est prêt à vous recevoir et restez chez cette personne jusqu’à ce que vous quittiez l’endroit. Quand vous entrerez dans une maison, dites ‘La paix soit avec vous.’ Si les habitants de cette maison vous reçoivent, que votre souhait de paix repose sur eux ; mais s’ils ne vous reçoivent pas, retirez votre souhait de paix. Si, dans une maison ou dans une ville, on refuse de vous accueillir ou de vous écouter, partez de là et secouez la poussière de vos pieds. Je vous le déclare, c’est la vérité : au jour du Jugement, les habitants de Sodome et Gomorrhe seront traités moins sévèrement que les habitants de cette ville-là. » Pourquoi Jésus le dit ainsi ? Sa compassion ! Il désire que ceux qui reçoivent ses apôtres soient sauvés du jugement de Dieu. Car le seul qui puisse le faire est Jésus lui-même. La surprise souligne l’urgence de sa compassion, à savoir, vous ne pouvez pas rester indifférents à Jésus. Accepter ses apôtres et leur témoignage, c’est accepter Jésus et la vie. Rejeter ses apôtres et leur témoignage, c’est rejeter Jésus et choisir la vie d’une vide éternelle. C’est la même chose aujourd’hui. Il est toujours si urgent de pratiquer sa justice et de partager sa grâce tout autour de vous, afin que beaucoup puissent croient en lui et recevoir la vie éternelle.

Or, voici une première question pour pour nous : Qu’est-ce que ce récit fait dans le cœur des chrétiens qui le lisent pour la première fois ? Il y a déjà 35 ans plus tôt, Jésus meurt sur la croix et ressuscite de la mort. 35 ans plus tôt, à la Pentecôte, l’Esprit Saint remplit son peuple, et depuis, il y a des Églises partout dans l’Empire romain, dont la majorité est peuplée de non juifs de toutes ethnies. Certains des apôtres sont morts, et ceux qui restent sont âgés. Ces premiers chrétiens ne s’attendent donc pas à revive cette première mission des apôtres. Ils savent que celle-ci est unique ! Alors, pourquoi ce récit est-il si important ? La continuité de la compassion et l’urgence de la mission ! Leur mission est toujours celle de Jésus, toujours celle de sa compassion. Jésus continue de se servir de gens humbles et ordinaires comme eux, pour semer la compassion de son pardon au-delà de toute attente ! Ils se voient en train de faire cette mission toujours si humble et si urgente, qui est nourrie par sa bonté imméritée.

Alors, voici une dernière question pour pour nous : Comment ce récit peut-il nous encourager et animer notre vie d’Église ? En approfondissant sa compassion en nous. Il se sert de vous, tels que vous êtes, pour semer sa compassion dans des vies fatigués et découragés tout autour de vous. Notre mission est toujours si humble.

Nous ne sommes pas les apôtres. Toutefois, nous continuons la mission apostolique, à savoir, vivre et proclamer le témoignage que les apôtres nous ont laissés dans la Bible. Dieu le Saint Esprit, envoyé par le Père et le Fils, promet de vous bénir, de vous équiper et de vous envoyer. Si Dieu se sert de vous pour verser la compassion de Jésus sur beaucoup de gens, soyez-en reconnaissants. S’il se sert de vous pour parler à quelques-uns et leur donner un peu d’eau et de nourriture, soyez-en également reconnaissants.

N’ayez pas peur (voir les versets 16 à 40) ! N’ayez pas peur de ce que les autres pensent de vous et de votre vie en Jésus-Christ. N’ayez pas peur de notre société où il y a tellement de gens fatigués et de découragés. Il n’est pas nécessaire – soit individuellement, soit comme Église – que vous soyez de grands succès afin de faire connaître le pardon et la compassion de Jésus. A vrai dire, il se servira de vous pour l’exalter exactement de la même façon dont il vous a amenés à lui : par sa compassion imméritée. Nous étions tous fatigués et découragés, mais il a déversé sur nous toute sa compassion.

Or, c’est sa compassion envers vous qui vous animera pour aller le faire connaître aux autres ! Pourquoi ? Parce que vous serez contents de la vie qu’il vous donne et de la mission qu’il réserve pour vous. A l’été 2015, j’ai lu un excellent roman intitulé Safely Home (revenu à bon port) qui raconte l’histoire d’un homme chrétien chinois. Il est brillant. Il est envoyé pour faire son doctorat aux Etats-Unis à l’Université Harvard. Et c’est là où il devient croyant. Toutefois, lorsqu’il retourne en Chine, le gouvernement l’interdit de devenir professeur et chercheur parce qu’il est chrétien. Alors, il devient serrurier. Un métier humble. Un jour, son vieil ami américain vient lui rendre visite. Il s’agit d’un homme d’affaires prospère qui a délaissé sa foi chrétienne de jeunesse. Sa vie est plutôt fatiguée et découragée. Or, il est surpris et un peu enragé d’apprendre que son brillant ami est un simple serrurier. Toutefois, l’homme chinois lui dit « Ah non ! Je suis très content devant Dieu d’être serrurier, et je suis déterminé, par amour pour lui, d’être le meilleur serrurier qui soit ! »

Etre ordinaire, mais goûter de la compassion de Jésus… voilà ce qui vous rendra le plus libres et le moins craintifs. Vous êtes libres d’aller vers les gens comme vous étiez : fatigués, découragés, comme des brebis sans berger. N’ayez pas peur d’eux. Soyez plutôt compatissant, tout comme votre Seigneur est compatissant envers vous. Notre mission sera toujours humble et urgent, mais Jésus s’en servira pour semer sa compassion au-delà de toutes vos attentes. Et ceux qui étaient, comme vous, jadis fatigués et rejettes, seront accueillis comme la prunelle de ses yeux !

– J.G. Zoellner

Leave a Reply

%d bloggers like this: