« Le sexe: à qui appartient mon corps ? » ( 2/2 )

(3) Protéger ma vie sexuelle. Voici ce qu’en dit Paul dans les versets 18 à 20 : «18 Fuyez l’immoralité ! Tout autre péché commis par l’homme reste extérieur à son corps ; mais l’homme qui se livre à l’immoralité pèche contre son propre corps. 19 Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit, cet Esprit qui est en vous et que Dieu vous a donné ? Vous ne vous appartenez pas : 20 Dieu vous a acquis, il a payé le prix pour cela. Mettez donc votre corps lui-même au service de la gloire de Dieu.»

Je veux souligner un mot ici : fuir ! Fuir vos tentations sexuelles intérieures pour aller à Jésus. Toute tentation est forte, car sinon, elle ne serait pas tentante ! Nos émotions, nos impulsions, nos fantasmes, notre solitude ! Les tentations sont parfois tellement difficiles à vivre, mais la tentation n’est pas elle-même péché ! Alors, fuir à Jésus et réclamer ses promesses.

D’abord, il vous comprend parce qu’il a été lui-même tenté comme vous. Hébreux 2, le verset 18 :« Et maintenant, il peut secourir ceux qui sont tentés, parce qu’il a passé lui-même par la tentation et la souffrance.» Ensuite, il vous accordera sa force. 1 Corinthiens 10, le verset 13 : «Les tentations que vous avez connues ont toutes été de celles qui se présentent normalement aux hommes. Dieu est fidèle à ses promesses et il ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais, au moment où surviendra la tentation, il vous donnera la force de la supporter et, ainsi, le moyen d’en sortir.»

Fuir les pièges sexuels actuels pour aller à Jésus. D’accord, mais comment ?  En réclamant sa force, et ensuite en agissant de façon délibérée et soutenue… pour éviter les personnes qui vous excitent sexuellement… pour fermer à tout jamais des sites WEB qui nourrissent vos fantasmes… pour vous éloigner des lieux et des événements qui sont sexuellement difficiles pour vous, tout comme d’autres évitent des situations qui provoquent leurs faiblesses envers la colère, ou l’avarice, ou les commérages.

Aller à Jésus, surtout dans la prière, seul et avec d’autres, pour que Dieu le Saint-Esprit vous soutienne dans votre effort d’utiliser votre corps pour la gloire de Dieu. Bref, il s’agit d’une vie à nourrir, en paroisse ou église locale, où nous pouvons recevoir de l’encouragement, de l’appui et de la compassion des autres.

Également, il y a souvent un besoin de faire la paix par rapport à notre immoralité sexuelle passée, et de vivre cette paix auprès de Jésus tous les jours. Peut-être que vous avez déjà eu des relations sexuelles avant le mariage. Peut-être qu’il s’agit de l’infidélité dans votre mariage. Peut-être que vous vous êtes adonné à une relation homosexuelle. Avouer-le à Dieu, ouvertement et honnêtement, faire demi-tour dans sa présence, et où il est nécessaire de le faire, demander pardon aux gens que vous avez ouvertement blessés. Réclamer son pardon, car sur la croix, il a tout fait pour pardonner tous vos péchés, même ceux de votre vie sexuelle antérieure. Aller à Jésus pour recommencer à nouveau, pour recommencer à zéro. Aller à Jésus pour demander sa force pour vivre votre sexualité, fidèlement, au sein de votre mariage. Aller à Jésus pour demander sa force pour vivre votre sexualité, fidèlement, dans la chasteté du célibat.

Dieu ne nous appelle pas à nier ou à refouler nos émotions et nos désirs sexuels. Au contraire, Jésus nous libère et nous pardonne afin que nous soyons honnêtes face à notre vie sexuelle : devant Dieu, en dedans de soi-même, envers notre époux ou épouse, et les uns envers les autres. Que l’Église – et surtout chaque Église locale ou paroisse – soit une communauté d’honnêteté et d’humilité où nous pourrons tous nous aider et nous soutenir à vivre notre sexualité sainement et avec contentement, comme Jésus le désire. « Car le corps humain, lui, n’est pas fait pour l’immoralité : il est pour le Seigneur et le Seigneur est pour le corps. »

  • J.G. Zoellner

Leave a Reply

%d bloggers like this: