« Comment célébrer Noël »

        Dans le présent article, je vous invite à considérer ce que dit l’apôtre Paul aux versets 1 à 11 du 2e chapitre de sa lettre à l’Église de Philippe, sous le titre: « Comment célébrer Noël ».

Commençons par un récit fictif. Il était une fois une Église connue pour la qualité de sa musique. Elle avait une excellente chorale et un soliste ayant une superbe voix de ténor. Or, en préparant la musique de Noël une année, le soliste provoque une dispute. Il affirme qu’il n’est pas bon pour la chorale et lui-même d’être en arrière de l’Église et en haut dans le balcon. Il veut que tous les musiciens soient en avant, afin que tous puissent les voir et mieux les apprécier. Toutefois, et le directeur musical et le pasteur décident de ne rien changer. Selon eux, le rôle de la chorale n’est pas d’offrir une prestation musicale, mais d’aider le peuple à prier ensemble par les chants. Hélas, suite à cette décision, le soliste quitte l’Église sur le champ. Inutile à dire que cette année-là, Noël a été célébré sans beaucoup de paix.

Or, actuellement, préparez-vous à célébrer Noël sans beaucoup de paix ? Sentez-vous qu’il y a d’autres dans votre Église qui ne vous accordent pas la reconnaissance que vous pensez mériter ? Êtes-vous déçus ou même piqués parce que l’Église semble oublier vos intérêts ? Dans votre mariage, trouvez-vous que votre mari ou votre épouse s’intéresse plus à sa carrière qu’à vos besoins ? Bref, lorsque nos relations avec les autres ne sont pas au beau fixe, il nous est difficile de savoir comment célébrer Noël.

       Heureusement, l’apôtre Paul propose une approche sage pour vivre des relations de paix ce Noël. Sa solution est plutôt simple : vivez Noël tous les jours de l’année ! Voici comment il le dit aux versets 1 à 11 de Philippiens chapitre 2:

1 Votre union avec le Christ vous donne-t-elle du courage ? Son amour vous apporte-t-il du réconfort ? Êtes-vous en communion avec le Saint-Esprit ? Avez-vous de l’affection et de la bonté les uns pour les autres ? 2 Alors, rendez-moi parfaitement heureux en vous mettant d’accord, en ayant un même amour, en étant unis de cœur et d’intention. 3 Ne faites rien par esprit de rivalité ou par désir inutile de briller, mais, avec humilité, considérez les autres comme supérieurs à vous-mêmes. 4 Que personne ne recherche son propre intérêt, mais que chacun de vous pense à celui des autres. 5 Comportez-vous entre vous comme on le fait quand on connaît Jésus-Christ: 6 Il possédait depuis toujours la condition divine, mais il n’a pas voulu demeurer de force l’égal de Dieu. 7 Au contraire, il a de lui-même renoncé à tout ce qu’il avait et il a pris la condition de serviteur. Il est devenu homme parmi les hommes, il a été reconnu comme homme ; 8 il a choisi de vivre dans l’humilité et s’est montré obéissant jusqu’à la mort, la mort sur une croix. 9 C’est pourquoi Dieu l’a élevé à la plus haute place et lui a donné le nom supérieur à tout autre nom. 10 Il a voulu que, pour honorer le nom de Jésus, tous les êtres vivants, dans les cieux, sur la terre et sous la terre, se mettent à genoux, 11 et que tous proclament, à la gloire de Dieu le Père : « Jésus est le Seigneur ! » 

       Comment célébrer Noël. Le verset clé est le verset 5: «Comportez-vous entre vous comme on le fait quand on connaît Jésus-Christ». Pratiquement, ceci comprend deux (2) engagements quotidiens: (1) regardez Jésus tel qu’il est; et (2) mettez les autres avant soi.

       Comment célébrer Noël: Regardez Jésus tel qu’il est. Paul l’explique aux versets 6 à 8 :

6 Il possédait depuis toujours la condition divine, mais il n’a pas voulu demeurer de force l’égal de Dieu. 7 Au contraire, il a de lui- même renoncé à tout ce qu’il avait et il a pris la condition de serviteur. Il est devenu homme parmi les hommes, il a été reconnu comme homme ; 8 il a choisi de vivre dans l’humilité et s’est montré obéissant jusqu’à la mort, la mort sur une croix.

Or, en regardant Jésus, vous verrez quelqu’un d’unique et d’extraordinaire : il est est à la fois pleinement Dieu et pleinement humain. De plus, ses deux natures vivent en paix, l’une avec l’autre, en une seule personne.

D’un côté, dit la première partie du verset 6, en étant Dieu, il est tout puissant et tout majestueux, digne de toute notre adoration et obéissance. Vous ne pouvez pas traiter Jésus de façon détendue, ordinaire, ou banale. Il est d’ailleurs beaucoup plus qu’un excellent exemple à suivre. Il est Dieu tout puissant, le Roi des rois. Vous venez à Jésus à genoux, devant toute sa gloire divine !

De l’autre côté, dit la deuxième partie du verset 6, en devant humain lors de sa conception et en naissant lors du premier Noël, il a choisi lui-même de ne pas se prévaloir de toute la reconnaissance qui lui revient de droit. Il est important à noter que le verset 6 ne dit pas que le Fils a cessé d’être Dieu en devenant homme, ou qu’il a vidé sa personne de son statut divin. Le verset dit plutôt ceci : tout en étant pleinement Dieu, il a choisi de ne pas exercer son ministère avec toute la gloire divine qu’il mérite.

Au contraire ! Selon les versets 7 et 8, en devant homme il a choisi la condition humaine la plus basse qui soit : celle d’esclave («serviteur»). Il a vécu ainsi afin d’obéir parfaitement à son Père, à notre place, pour enfin mourir sur une croix destinée aux meurtriers et brigands, afin d’y prendre sur lui-même la pénalité de nos péchés !

Il y a, certes, tellement à dire ici, mais nous offrirons un seul commentaire si important pour notre vie. Le voici : il n’y a pas de contraction entre égalité et soumission. D’une part, notre Seigneur Jésus-Christ est le Fils de Dieu. Dans son être, il est entièrement égal à Dieu le Père et à Dieu le Saint-Esprit. D’autre part, pour accomplir la mission de Dieu de se réconcilier avec nous ses ennemis, Jésus se soumet au Père et au Saint-Esprit, et vient même nous servir plutôt que de se faire servir.

En voici une illustration. Dans le monde militaire, les grades inférieurs saluent les grades supérieurs. Mais attention ! Les grades inférieurs ne saluent pas la personne exaltée du grade supérieur  ! Autrement dit, on ne salut pas un grade supérieur parce que cette homme ou femme est plus noble, plus digne ou plus intelligent. Tous les militaires sont égaux en termes de leur être ou de leur personne. Par contre, on salue la mission ou la responsabilité que le gouvernement a confiée au grade supérieur et on se soumet aux ordres de notre supérieur. De même, lorsque le Fils de Dieu devient homme lors de sa conception en Marie, il le fait pour accomplir la mission de la Trinité. Pour accomplir cette mission, Jésus assume un grade inférieur. Il vient faire la volonté de son Père tout en dépendant de la puissance de l’Esprit Saint à la fois pour sa conception humaine, sa naissance et pour accomplir tout son ministère. Voilà votre Seigneur Jésus tel qu’il est et tel qu’il désire que vous le connaissiez !

     Comment célébrer Noël: Mettez les autres avant soi. Paul le dit aux versets 1 à 4 :

 1 Votre union avec le Christ vous donne-t-elle du courage ? Son amour vous apporte-t-il du réconfort ? Êtes-vous en communion avec le Saint-Esprit ? Avez-vous de l’affection et de la bonté les uns pour les autres ? 2 Alors, rendez-moi parfaitement heureux en vous mettant d’accord, en ayant un même amour, en étant unis de cœur et d’intention. 3 Ne faites rien par esprit de rivalité ou par désir inutile de briller, mais, avec humilité, considérez les autres comme supérieurs à vous-mêmes. 4 Que personne ne recherche son propre intérêt, mais que chacun de vous pense à celui des autres.

        Bref, dit Paul, tout comme il n’y a pas de contradiction entre égalité et soumission en la personne de notre Seigneur Jésus-Christ, de même, il n’y a pas de contradiction entre égalité et soumission dans nos relations comme frères et sœurs dans son Église.

Considérons en premier l’égalité, selon les versets 1 & 2. Comme chrétiens, nous sommes tous unis à notre Seigneur Jésus. Nous sommes tous unis à l’Esprit Saint. Nous sommes tous appelés à un même amour en étant unis de cœur. Puis-je le dire autrement ? Vous êtes tous les enfants de Dieu votre Père qui vous aime comme il aime son propre Fils ! Vous êtes tous remplis de sa grâce. Vous êtes tous remplis de son Esprit. Il n’y a pas de chrétiens de second ordre : Jésus vous chérit tous pleinement.

Par la suite, passons à la soumission, selon les versets 3 & 4. Il  est assez évident que Paul nous appelle à regarder les intérêts et besoins de nos frères et sœurs comme en étant plus importants que les nôtres. Alors, pour servir l’autre avant soi, je dois faire avancer les besoins de l’autre en premier. Dieu nous appelle à une attitude et à un comportement  de soumission dans nos relations les uns avec les autres, une soumission venant de notre relation avec Jésus lui-même et de sa façon de faire sa mission.

Vous êtes peut-être en train de vous demander « D’accord, mais comment le faire en pratique ? Jésus vit ainsi, certes, mais nous ne sommes pas Jésus ! Nous sommes aux prises avec nos péchés, notre insécurité, nos échecs, nos peurs.»

Toutefois, Paul nous appelle à vivre comme ceux et celles qui connaissent Jésus et qui sont engagés à vivre comme Lui. Pour nous aider et nous encourager à vivre ainsi, regardons de plus près ce que dit l’apôtre au verset 3: « Ne faites rien par esprit de rivalité ou par désir inutile de briller, mais, avec humilité, considérez les autres comme supérieurs à vous-mêmes.»

Il y a dans ce verset une chose négative (-) à combattre et une chose positive (+) à faire tous les jours.

Le négatif (-) en premier: Ne faites rien par esprit de rivalité ou par désir inutile de briller.  La cause principale des bris de nos relations, c’est l’ambition égoïste de notre orgueil ! Alors, combattez votre orgueil par l’assurance de qui vous êtes en Jésus.

Vous souvenez-vous du chanteur soliste au début du présent article ? Il avait une opinion de lui-même plus haute que méritée. Nous l’avons aussi, ou Paul n’aurait jamais écrit ces mots ! Nous nous estimons trop et sommes dérangés par d’autres qui ne partagent pas notre opinion de nous-mêmes. Parfois nous vivons également un profond manque d’estime de soi. Hélas, ceci vient assez souvent d’une opinion trop haute de nous-mêmes. Or, dit Paul, soyez libérés de ce piège orgueilleux ! Jésus nous aime comme ses enfants non pas parce que nous sommes compétents et de grandes réussites. Il nous aime, simplement parce qu’il nous aime. De plus, il est parfaitement compétent et la réussite parfaite pour nous. Il nous donne son statut, il nous accorde son héritage, il partage ses dons avec nous. Trouons notre identité en lui. Nous serons ainsi libérés de la quête d’être quelqu’un de magnifique. Nous serons libérés pour vivre en paix avec notre identité et nos compétences plutôt ordinaires.

      Ensuite le positif (+): Avec humilité, considérez les autres comme supérieurs à vous-mêmes. Bref, priez fort et travaillez fort afin de vous mettre dans la peau de l’autre. C’est de l’empathie : l’effort soutenu pour ressentir ce que l’autre ressent.  Quel est  le but de l’empathie ? Servir l’autre. Afin que l’autre soit libre pour servir Dieu. Autrement dit, faites tout pour rendre les autres libres de servir Jésus comme ils désirent le faire, à la lumière des Écritures.

      Par exemple, dans votre Église, est-ce qu’il y a quelqu’un ou des gens qui font ce que vous n’aimez pas faire ? Allez les encourager. Y’at-il des gens qui ne reçoivent pas assez de reconnaissance ou d’aide ? Allez les servir et les honorer. Avez-vous des doutes au sujet du comportement d’un frère ou d’une sœur ? Traitez-le avec douceur, et en cas de doute légitime, accordez-leur le bénéfice du doute. En Jésus, vous êtes libres pour vous mettre dans la peau de l’autre, afin de faire passer ses intérêts avant les vôtres.

       Un autre exemple. Dans notre vie de couple, nous voulons élever nos enfants de la meilleure façon possible. Toutefois, il est possible que notre couple ne soit pas d’accord sur ce qui est la meilleure façon. Afin d’arriver à un consensus, il sera probablement nécessaire de bien écouter en premier les intérêts de l’autre. Ou bien, comme mari ou épouse, vous pensez peut-être que votre carrière va bien là où vous êtes. Toutefois, est-ce que votre époux ou votre épouse souffre dans la situation actuelle ? Ou vice-versa, vous croyez que vous avez plus à offrir dans votre carrière et qu’un déménagement s’impose. Est-ce que votre mari ou votre épouse l’envisage du même œil ? En Jésus, vous êtes libres de vous mettre dans la peau de l’autre, afin de faire passer ses intérêts avant les vôtres.

        Cette année, préparez-vous à célébrer Noël sans beaucoup de paix ? Sentez-vous qu’il y a d’autres dans votre Église qui ne vous accordent pas la reconnaissance que vous pensez mériter ? Trouvez-vous que l’Église vous oublie trop souvent ? Dans votre mariage, pensez-vous que votre mari ou votre épouse s’intéresse plus à sa carrière qu’à vos besoins ? Il y a de l’espoir : laissez Jésus vous servir, celui qui place votre vie avant la sienne. Laissez-le vous servir tous les jours, pour ainsi célébrer Noël tous les jours. Vous ne pouvez pas changer l’attitude de l’autre, mais vous pouvez changer votre attitude ! Voilà comment célébrer Noël.

  • JG Zoellner

Leave a Reply

%d bloggers like this: