PERSÉVÉRER PAR LA FORCE DE L’ESPRIT SAINT (#4/fin)

Chers frères et sœurs, votre Seigneur s’est donné pour vous. Votre Seigneur est ressuscité pour vous. Votre Seigneur ne perdra jamais ceux que le Père lui a donnés. Comme Jésus lui-même a dit, lorsque vous demandez au Père un poisson pour apaiser votre faim, il ne vous donnera pas un serpent. Alors, comment prier et avancer dans la confiance que notre Seigneur soit à la hauteur face à nos épreuves? Au verset 39 de Matthieu chapitre 26, Jésus prie tout juste avant sa crucifixion : « Mon Père, si c’est possible, éloigne de moi cette coupe de douleur. Toutefois, non pas comme je veux, mais     comme tu veux. » Notre Seigneur sait qu’il est lui-même la justice et la grâce de Dieu. Il vient s’offrir pour satisfaire à la justice de Dieu à la place des injustes. Il vient déverser son pardon sur ceux qui ne le méritent point. Son désir, c’est que la grâce et la justice de son Père s’accomplissent par lui et en lui. Il veut faire la volonté de son Père et lui obéissant à votre place. Or, nous ne sommes pas Jésus. Nous ne sommes ni sauveurs ni rédempteurs. Mais nous lui appartenons et il se sert de nous pour sa gloire. Alors, la sagesse de Dieu est de chercher, dans les épreuves les plus difficiles, ce qui fera avancer sa grâce et sa justice avant tout. Pratiquement, vous ferez assez souvent une requête négative : « Seigneur, donne-moi de la sagesse pour ne pas pécher contre toi dans cette épreuve.» A la lumière des Écritures, vous priez pour éliminer de vos...

PERSÉVÉRER PAR LA FORCE DE L’ESPRIT SAINT (#3)

Persévérer n’est pas une affaire où on se fie à notre résilience, mais un acte de confiance en la force de l’Esprit Saint de nous porter, car nous restons toujours faibles et incapables. Nous vivons cette relation de dépendance et de confiance surtout par la prière. Nous pensons que ceci est tellement évident, mais nous l’oublions parfois. Pourquoi ? Nous doutons. Aux versets 6 à 8 de Jacques chapitre 1, ce pasteur nous dit : « 6 Mais il faut qu’il demande avec foi, sans douter ; car celui qui doute est semblable à une vague de la mer, que le vent soulève et pousse d’un côté ou de l’autre. 7 Un tel homme ne doit pas s’imaginer qu’il recevra quelque chose du Seigneur, 8 car il est indécis et incertain dans tout ce qu’il entreprend.» Jacques nous lance une mise en garde : même dans la prière il nous arrive d’écouter notre voix et nos craintes plutôt que de saisir les promesses de Dieu. Pourquoi ? Au verset 5 Jacques dit « on doute » et au verset 8 il dit « on est indécis et incertain ». Il y a beaucoup à dire ici, mais arrêtons-nous à un seul commentaire que voici : le doute et l’incertitude viennent lorsque nous craignons que Dieu ne soit pas bon. Nous sommes incertains que sa parole et sa volonté soient suffisantes. Alors, au lieu d’aller de l’avant dans l’épreuve, nous nous protégeons en préparent un plan «au cas où». Nous cherchons des moyens pour éviter, contourner, ou contrôler une situation de manière à nous plaire plutôt que de chercher la...

PERSÉVÉRER PAR LA FORCE DE L’ESPRIT SAINT (#2)

Comme chrétiens, nous faisons face à des obstacles qui nous dépassent et nous découragent. Parfois, nous pensons que la seule chose à faire, c’est puiser dans notre force intérieure ou notre technique pour surmonter l’obstacle. Erreur ! Persévérer n’est pas une affaire où on se fie à notre résilience, mais un acte de confiance en la force de l’Esprit Saint de nous porter, car nous restons toujours faibles et incapables. Dans sa grâce, votre Père et votre Sauveur vous envoient l’Esprit-Saint pour vous réconforter et vous conseiller en tout moment et au travers de toute épreuve. Autrement dit, vous êtes tellement, tellement aimés par votre Père si généreux et si bienveillant ! Alors, dit le pasteur Jacques, au verset 5a du chapitre 1: «Si l’un de vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui la lui donnera…» Nous pensons que ceci est tellement évident, mais nous l’oublions parfois.Pourquoi ? Parce que nous écoutons notre cœur plutôt que de parler à Dieu. Devant l’épreuve, par exemple, nous nous arrêtons à nos émotions et peurs, nous écoutons ce qui nous anime et ce qui nous semble être évident, et nous cherchons notre force en nous-mêmes. «Essayons plus fort !» devient notre devise. Jacques dit le contraire : Au lieu d’écouter soi-même, il vous appelle à prier tout en avouant votre faiblesse. Pourquoi ? Parce que lorsque vous parlez à Dieu, vous êtes préoccupés par son caractère, vos pensées sont formées par ses promesses et vous le laissez vous porter. La sagesse, c’est la capacité de faire la bonne chose, de la bonne façon, et au bon moment. Dans le...

PERSÉVÉRER PAR LA FORCE DE L’ESPRIT SAINT (#1)

Comme chrétiens, il y a des situations qui nous dépassent complètement. Vous êtes peut-être là : vous êtes découragés et fatigués. Aux versets 5 à 8 de Jacques chapitre 1, ce pasteur s’adresse à des chrétiens qui font face à l’épreuve la plus difficile, à savoir, se faire rejeter parce qu’on est disciple de Jésus-Christ. Toutefois, il y a de l’espoir quand vous vous sentez dépassés par ce qui vous arrive. Jacques nous guide ainsi: (1) considérez ce que Dieu lui-même vous promet ; et (2) faites attention à ce qui peut vous faire douter de sa promesse. (1) D’abord, réfléchissez à ce que Dieu lui-même vous promet: « 5 Cependant, si l’un de vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui la lui donnera; car Dieu donne à tous généreusement et avec bienveillance.» Dans la deuxième partie du verset 5 Jacques dit : « Dieu donne à tous généreusement et avec bienveillance. » Dans son caractère, Dieu votre Père vous sera à la fois généreux et bienveillant. Comment en être certains ? Parce que vous appartenez à son Fils Jésus-Christ. Il vous aime comme il aime son propre Fils. Dans son amour, votre Père a donné son Fils pour vous. Dans son amour, il accepte l’obéissance de son Fils à votre place, le sacrifice de son Fils pour votre pardon, et la résurrection de son Fils comme garantie de votre héritage éternel. Dans son amour, votre Père et votre Sauveur vous envoient l’Esprit-Saint pour vous réconforter et vous conseiller en tout moment et au travers de toute épreuve. Autrement dit, vous êtes tellement, tellement aimés par...

Denys et Damaris à Montréal

Denys et Damaris. Il serait bien d’avoir plus de gens comme eux à Montréal, ainsi que dans les grandes villes, les villes modestes et les villages du monde. Denys et Damaris. Ils font partie du tout petit nombre de nouveaux chrétiens issus d’un des grands discours évangéliques de l’apôtre Paul, celui prononcé à Athènes au 1er siècle (Actes 17/ 32 – 34) : «32 Quand les Grecs entendent dire que Dieu peut relever quelqu’un de la mort, les uns se moquent de Paul, les autres disent : « Nous t’écouterons parler de cela une autre fois ! » 33 Alors Paul les quitte. 34 Pourtant, quelques-uns vont avec lui et deviennent croyants. Parmi eux, il y a Denys, du Conseil d’Athènes, une femme appelée Damaris et d’autres encore.» Denys et Damaris. Pourquoi eux et quelques-uns plutôt que la grande majorité de l’auditoire ? Parce que Dieu le Saint-Esprit agit en qui il veut, quand il veut, comme il veut. Denys et Damaris. Que chaque chrétien puisse prier « Seigneur, envoie souvent dans ma vie un ou deux Denys et Damaris, ceux en qui l’Esprit Saint agit déjà, afin que je puisse leur témoigner de ton sacrifice et de ta résurrection.» L’Esprit appelle les Denys, les Damaris, et les quelques-uns de ce monde. Ils se multiplient en nombre et en sainteté. Le résultat en est que de plus en plus de gens se mettent à genoux devant Jésus, qui est suprêmement digne de recevoir leur adoration. Et des sociétés, des villes et des villages sont davantage marqués par sa grâce et sa vérité. Denys et Damaris. A Montréal. Partout. Pour...